Journalisme

Extrait de : Les répertoires des journalistes décrivant leurs liens avec les relationnistes

Les journalistes puisent dans plusieurs expériences et plusieurs identités à la fois pour décrire leurs échanges avec les relationnistes.

Cela les mène à exploiter différents répertoires interprétatifs pour décrire leurs liens avec les relations publiques. Ces différents répertoires peuvent être mobilisés dans une seule et même phrase, montrant la complexité des liens.

Les répertoires :

  • Le discours institutionnel du journalisme.
  • Le discours institutionnel des relationnistes.
  • Le répertoire invoquant la déontologie journalistique.
  • Le répertoire réaliste.
  • Ce répertoire réaliste peut être subdivisé :

  • Le répertoire de la « game »
  • Le répertoire « cul de sac »
  • Le répertoire « stratégique »
  • Les journalistes acceptent la relation obligée avec les relationnistes. Comme leur discours le démontre, ils puisent dans plusieurs répertoires interprétatifs pour expliquer, codifier cette relation.

    Extrait de : Échos des discours journalistiques sur la convergence

    Collection de voix et de sons émergeant d’une salle de rédaction.

    Comment faire face à la convergence?

    Inquiétudes des journalistes craignant la dilution des cultures audio et vidéo.
    Questionnement des formats journalistiques audio traditionnels.

    Extrait de : Le contenu venant des relations publiques dans les nouvelles.

    En 28 ans, la présence de contenu venant des relations publiques dans les nouvelles a augmenté de 40 à 60 % dans les principaux quotidiens québécois.

    Des réactions de journalistes

    « Les résultats ne me surprennent pas. Et les breaking news, c’est probablement plus élevé. Le premier spin, c’est les relations publiques. Le problème, c’est que ton article plus fouillé, qui pourrait contredire le spin, va rouler moins et plus tard. »

    « Les institutions envoient un communiqué laconique en fin de journée, puis elles ne sont plus là pour répondre. Tout ce qu’on a, c’est un communiqué de presse. Elles le savent. Même si ça ne me satisfait pas, je vais publier quand même. »

    « Des bons PR, qui sont efficaces, c’est quasiment mes adjoints. »

    « C’est à toi, le journaliste, de te débrouiller avec ça. C’est très utile dans le métier, les relationnistes. Je n’ai pas d’a priori à l’égard des relationnistes. »

    Extrait de : Journalistes multiplateformes. Les maîtres du travail fragmenté.

    Le travail multiplateforme est marqué par de multiples fragmentations. Pour faire face à ces conditions de production fragmentées, produire des reportages clairs et cohérents, les formats journalistiques fournissent des repères guidant la production quotidienne. L’autonomie journalistique peut ensuite être déployée, de façon ciblée, pour investir au mieux ces formats journalistiques.

    Extrait de : Le corps du journaliste est un outil.

    Des journalistes pratiquant l’immersion pour produire de longs reportages utilisent l’expression « journalisme ethnographique ».

    Les exemples de ces journalistes ethnographes abondent.

    De Nelly Blye séjournant dans un hopital psychiatrique en 1887, en passant par Gunther Wallraf prétendant être un immigrant turque dans une manufacture allemande, jusqu’à Barbara Ehreinreich s’immergeant dans la pauvreté pour écrire son ouvrage Nickel and Dimed : On (Not) Getting By in America, ou encore Florence Aubenas et son livre Le Quai d’Ouistreham, produit à la suite d’un séjour de six mois en Normandie où elle s’est présentée comme une femme de ménage.

    À plus petite échelle, des journalistes d’affaires publiques abordent leur sujet en mettant en œuvre des approches similaires.

    Comme l’affirme Gans, « [I]n some respects, sociology’s most powerful competition comes from journalistic ethnographers, notably book writers, who may not have ever taken a sociology course but are trained or self-trained in fieldwork and intensive interviewing ».